THE MISERABLE RICH

Les anglais de THE MISERABLE RICH nous emmènent aux confins d’une pop de chambre radieuse, venant bercer nos longues journées d’été de leurs mélodies douces-amères.
Quelque part entre Owen Pallett et Andrew Bird, THE MISERABLE RICH nous démontrent qu’il n’est nul besoin d’une batterie ronflante pour faire de la pop, ou de riffs de guitare luxuriants : ils évoluent dans la demi-mesure pour, pas à pas, nous entraîner dans leur cadence toute en retenue.

Enregistré dans la maison de James De Malplaquet à Brighton, le premier essai de The Miserable Rich est frappant de maturité. « Twelve Ways To Count Down » parvient immédiatement à les faire glisser dans un univers à part. Constitué de cinq membres, ils jouent une musique principalement acoustique. L’ensemble drapé par les accompagnements doucement mélancoliques du violoncelle et du violon. Au-delà de tout ça, c’est la voix chaleureuse et brumeuse de De Malplaquet couplée à l’aspect méditatif des arrangements qui impressionne le plus. Des comptines de bars aux moments les plus précieux de tendresse tels que « Boat Song » ou encore « The Knife Thrower’s Hand », « Twelve Ways To Count Down » est un début original, et simplement beau.

www.myspace.com/themiserablerich